Logo

Celebration of Life for Benedicte Clark - Shared screen with speaker view
Dan GatheringUs | Tech
58:34
GatheringUs is the place where communities gather to support each other and honor their loved one.The microphones for all guests have been muted.There are two view options, Speaker and Gallery. The Speaker is the main view and your screen will default to this view each time there is a new presenter. You can switch between views by pressing on “View” in the top right corner. If you are on a mobile device, you can swipe to the left to change the view. For tablets and Ipads, the “Switch to Gallery View” button is on the top of your screen.If you or anyone you know has technical difficulties, contact our technical support team by calling or texting: 240-608-6037.Note that this event is being recorded.
Connie Valdes | GatheringUs
01:02:46
Chers Amis,Je m’appelle Frédéric Chartier et j’ai eu l‘immense honneur de rencontrer Bénédicte et Jerry il y a une vingtaine d’année lorsque j’ai emménagé à Boston.Nous avons immédiatement sympathisé. Je n’avais jamais rencontré un couple aussi accueillant et amusant. Chaque weekend passé chez eux a Mystic fut l’occasion de faire la fête avec leurs amis autour d’un excellent repas. Ce sont de merveilleux souvenirs.J’étais, bien entendu, sous le charme de la personnalité hors norme de Benedicte. En bonne française (ou, devrais-je plutôt dire « en bonne Lyonnaise ») ses talents culinaires étaient impressionnants ! Elle avait le don de nous préparer un succulent repas en deux temps, trois mouvements, avec les quelques restes qui lui restaient de la veille !
Connie Valdes | GatheringUs
01:02:58
Ce qui m’avait également beaucoup séduit chez Béné, c’était, bien entendu, son superbe accent francais ! A plusieurs occasions, je fus son traducteur, lorsque, dans des restaurants Bostoniens, elle demandait aux serveurs médusés dans un fanglais merveilleux “May I have the mustard, please?”.Après le départ de Jerry, j’ai continué mes visites à Mystic. Nous nous confions beaucoup l’un à l’autre. Elle m’impressionnait par son courage. Elle était toujours souriante, heureuse de recevoir ses amis. Elle était surtout très attachée à sa famille. Je me souviens d’une anecdote, il y a un an, alors qu’elle s’apprêtait à s’envoler pour San Diego pour passer Noel auprès de Florie et Capucine. Elle avait emporté six bouteilles de Bordeaux dans sa valise. Lorsqu’arrivée à l’aéroport, la valise dévala l’escalator du haut jusqu’en bas, et on entendit Benedicte s’écrier avec son accent merveilleux : “Oh Shoot!”
Connie Valdes | GatheringUs
01:04:40
Tu me manques terriblement, chère Ben. Mais te voilà au moins tranquille là-haut. Et surtout, te voilà réunie avec l’homme de ta vie.Merci pour ton amitié et pour ces merveilleux moments.
Connie Valdes | GatheringUs
01:05:40
Je me suis tournée vers les philosophes pour mieux représenter une âme tenace, exubérante et bien aimée.Bénédicte était sculptée dans le même marbre que celui réservé aux anciens philosophes stoïciens qui venaient d’horizons si différents.Bénédicte, stoïque, brillante et audacieuse savait rassembler autour d’elle des personnes intéressantes et, elles aussi, d’origines très variées.Aristote, considéré comme un Grec Rationaliste a défini les nombreuses vertues de la morale et deux d’entre elles représentent bien Bénédicte : l’amitié et l’amour.Épicure et Bénédicte partageaient l’art de cultiver l’amitié et le goût de vivre de ses passions pour vivre une vie indépendante entouré de nombreux amis. Avec Bénédicte, ses amis se sentaient comme des membres de la famille.
Connie Valdes | GatheringUs
01:07:23
Bénédicte me faisait penser à Montaigne, un individualiste qui s’intéressait à la recherche du bonnheur. Et si nous, amis, famille et proches emplissions les pensées de Bénédicte, nous sommes aussi son autre jardin. Un jardin coloré de personnes enrichies par son amitié et son originalité. Elle nous a fait grandir, nous épanouir et nous a rendus heureux.Elle qui avait la main verte, par son rayonnement et par d’heureuses leçons philosophiques, elle nous a souvent fait “fleurir”. La façon dont nous “fleurirons” encore grâce à elle, dépendra de ce que nous en retiendrons, elle qui restera profondément inscrite dans nos cœurs et dans nos mémoires. Nous ferons plaisir à Bénédicte, notre maitre jardinier, si nous ne laissons pas maintenant nos pétales se dispersér dans le vent. Assurez vous de bien garder dans vos mains les beaux bouquets qu’elle nous a donnés pour mieux ressentir la douceur de la vie et surtout de sa vie.
Connie Valdes | GatheringUs
01:13:23
Dear Bénédicte, Béné, Ben,Gone so soon. Since Jerry and our Dad left us, your universe has contracted in spite of the genuine smiles Romy coaxed out of you and Florie and Capucine’s best efforts to enfold you in their lives. Jerry’s pull, wherever he is today, has been too strong and there you are together again! We can imagine Jerry telling you: “Bonjour ma Chérie, is it you already! Tu me manquais, I missed you so much, but you did not have to rush: you know how patient I am ma Chérie... When I learned that you were coming, I started to get all my stuff organized amid the stars but you know me, I did not rush (time does not matter here) so please forgive me for the mess you’re so familiar with…”
Connie Valdes | GatheringUs
01:14:37
Now let’s travel back in timeDuring the first days of your life in 1951, you were baptized with the first name of Bénédicte, which means “Protected by God”. Intuition from our parents who maybe thought that giving you this first name was akin to a “supplementary insurance policy” to protect you from the risks of your impetuous nature and of your often unique but sometimes dangerous instincts. Supposedly our mother was like you and often surprised people around her. Our aunt Odile said a few days ago, “Your mother was different… and I liked her a lot for it”.
Connie Valdes | GatheringUs
01:15:20
You grew fast, a little too fast with the premature departure of our mother when you were only 9 years old. As a child, you were charming and pretty, dressed with a dark blue uniform of the venerable school Chevreul in Lyon. You were a great, if not the best, pupil amongst us siblings. This was exemplified by our grand-parents who were always fond of showing off the academic awards that you were the only one of us to bring back home. The second half of the sixties marked an especially important time in my life: thanks to you and our older sister Catherine, I was able to benefit early on from parties that you brought home to our house.
Connie Valdes | GatheringUs
01:15:50
Concerning the 70’s I will first quote Pierre Finet:“I met Bénédicte during the 70’s on university benches, more precisely in the library, she studying speech therapy and I medicine. From that time forward, we developed a strong friendship and I a deep appreciation for Bénédicte’s smile, her kindness, her sometimes awkward but touching gestures. For example, when we would leave the library to join our classes, Bénédicte would regularly bump into a pile of books or notebooks and say with a large smile “Oh sorry, I did it by accident”. Since then, Bénédicte has always been the same, endlessly repeating that same sentence. After our studies, it was time to relax and drive with my old 2CV to Chamonix, ski in the Brévent, la Flégére.or do some trekking or climbing in summer. During the evenings we would go to the night club “Le Pelle” listening to the music of Simon & Garfunkel.”
Connie Valdes | GatheringUs
01:17:05
1976 - Afghanistan1976, the year when along with my wife Laurence and some friends, you descended on Afghanistan. It was a spectacular, at times dangerous, trip in a spartan old truck!As Laurence remembers it, “One day we stopped in a tchaïkana (afghan inn that was very very austere). Suddenly I see Bénédicte pale face coming back from the bathroom. ‘There is a dead body in the main room’, she announces in alarm. Intrigued, I go into the room and indeed discover an immobile human form, laying under a white sheet. Quickly, all the other members of our group join me and suddenly the human form moves! This was an Afghan man who was napping, a white sheet covering his face.
Connie Valdes | GatheringUs
01:18:06
In another fond memory, after one particularly long day of traveling through this poverty-stricken country, we were absolutely starving; Bénédicte then decided that she wanted to eat something good and pressed the tchaïkana owner to have him lend us his kitchen, which he did. We then went shopping in the village, bought some food and Béné cooked us the most delicious fried potatoes ever with plenty of onions. Even in Afghanistan, Bénédicte’s cooking was a delicacy!”
Connie Valdes | GatheringUs
01:18:42
1983 - Hurricane on the East CoastName of the hurricane, “ Crazy love Ben & Jerry”This time the dice are cast, Bénédicte has jumped the pond and is now living Stateside with Jerry. It is not thunder but a hurricane which has fallen on the house of their friend John Gullino where Ben & Jerry found refuge in the early days of their relationship. Islandia was the nice name of this beautiful house which resembled a light house near the ocean. For weeks on end, Ben and Jerry put behind their world of before and dreamt about a new world where they would live together till the end of their life, they would be happy and one day would have beautiful kids. Their world resembled a fairy tale, even Bénédicte’s plans to make chocolate truffles which she started selling on the Stonington market. But their story became much more than a fairy tale, this was the beginning of a new story which Capucine, their youngest daughter, will now share with you...
Connie Valdes | GatheringUs
01:20:13
Bonjour à tous. Je voudrais commencer par vous dire avec Florie un grand merci pour tout l’amour et le soutien que vous nous avez apportés ces derniers mois. Nous réalisons que célébrer la vie de notre mère en ligne n’est pas conventionnel. Nous apprécions votre flexibilité avec ce format qui nous permet d'inclure ses amis et sa famille à travers le monde.
Connie Valdes | GatheringUs
01:20:33
Il a été difficile de trouver les mots qui rendent justice à une telle force. Une des raisons pour cela est qu’elle avait en elle une incroyable volonté et présence, associée paradoxalement à une vulnérabilité qui faisait qu’elle n'aimait pas être au centre de l’attention. L'autre étant que certains de mes souvenirs préférés de ma mère pourraient peut-être être considérés comme des «mésaventures». Par respect pour elle, j'essaierai de réduire au minimum ces histoires, car elle était sensible à ce que celles-ci soient racontées à ses dépens. Cependant, nous connaissons tous la vérité - ces mésaventures faisaient totalement partie de son charme et la rendait adorable aux yeux de tous.
Connie Valdes | GatheringUs
01:21:14
Ma mère a passé près de la moitié de sa vie aux États-Unis. Cela peut surprendre certains compte tenu de la fierté avec laquelle elle a conservé son héritage culturel français. Cet héritage a été personnifié par sa silhouette élancée, son style chic, son amour du bon vin et de la cuisine, et sa relation fluide avec la nudité. En réalité cependant, elle était sa propre personne, vivant toujours selon ses conditions. Par exemple, au lycée, une Florie perplexe lui a demandé un jour pourquoi son accent était si prononcé après tant d'années et la réponse provocante qu'elle a reçue était «Je le fais exprès». Qu'elle l'ait fait exprès ou non n’est pas la question, mais c'était l'une de ses nombreuses citations mémorables.
Connie Valdes | GatheringUs
01:22:02
Je me suis rendu compte depuis un an et demi qu’il est difficile de parler de ma mère sans mentionner aussi mon père. Tout comme le yin et le yang, ils étaient des forces apparemment opposées dont l'amour était complémentaire et interconnecté. Dans leur univers, ils ont créé une harmonie qui a influencé tout le monde autour d'eux. Mes parents avaient une histoire d'amour peu orthodoxe, et la raison pour laquelle elle a pu s'épanouir est qu'elle a fait un saut courageux et est venue ici, aux Etats-Unis. Ce n’était pas facile pour elle de quitter sa famille et ses amis qu’elle aimait, mais elle faisait confiance à son instinct et savait que ce que mon père et elle avaient était exceptionnel.
Connie Valdes | GatheringUs
01:22:41
Benedicte était entièrement dévouée à ses amis, sa famille et leur bien-être. Elle était infatigable dans toutes ses activités, qui allaient de garder un cactus en vie pendant deux décennies d’hivers rigoureux du Connecticut, à la rénovation de chaque pièce de la maison tous les 5 à 10 ans. Plus récemment, elle s’était tournée vers la célèbre cave de notre père. Cela m'a peut-être causé un peu de panique au début, mais elle a en fait réalisé l'improbable et organisé et catalogué tous les vins de mon père, récoltés en 50 ans aux quatre coins du monde et cela sans (presque aucuns) dommages collatéraux.
Connie Valdes | GatheringUs
01:23:09
Elle a appliqué le même niveau d'énergie aux relations qu'elle entretenait et était profondément dévouée aux personnes qui comptaient pour elle. Elle ne croyait pas aux relations superficielles, donc si vous aviez la chance de l’avoir pour amie, alors vous aviez une alliée qui était là à vos côtés pour vos meilleurs et pires moments, et tout le reste. Là où notre père utilisait son stylo pour rester en contact, maman préférait le téléphone. Je pense que c'est quelque chose que beaucoup d'entre nous ici réunis aujourd'hui peuvent apprécier à son sujet. Elle n'a jamais laissé une pandémie, un fuseau horaire ou une boîte vocale pleine l'empêcher de vous contacter. Une de ses expressions audacieuse que je préférais était : « Je ne t’ai pas parlé depuis la dernière guerre mondiale. Appelle-moi."
Connie Valdes | GatheringUs
01:23:57
Ma mère était tellement passionnée et déterminée que cela a parfois été difficile de nous entendre. Notre relation était tumultueuse mais notre amour l'une pour l'autre était indéfectible. Je pouvais toujours compter sur elle pour être là pour moi, peu importe ce que je traversais. Que ce soit la maladie, le chagrin ou simplement la frustration, elle abandonnait instantanément tout pour être à mes côtés. Florie et moi avons eu la chance d'avoir une mère qui a rempli nos vies d'amour et de sécurité, et qui a veillé à ce qu'il n'y ait jamais un moment ennuyeux. Nous chérirons les souvenirs qu'elle nous a donnés - des étés en Provence aux soirées dansantes à Mystic et bien plus encore. Et même si la femme dont je souhaiterais le confort le plus en ce moment est maintenant partie, elle m'a aussi fait le cadeau de ma sœur et son amour continue à vivre en nous.
Dan GatheringUs | Tech
01:42:24
At this time, we open the space for guests here today to share a memory. This can be a story or memory that makes you smile or is special to you.If we were all together today this would be like raising your hand and passing the microphone around the room. There are two ways to raise your hand. To use the Zoom feature, click on participants and the raise hand icon will appear on the bottom left of the participants panel. Or, if your video is on, we invite you to do this the old fashioned way and wave your hand in the video. Our staff will call on you by name and ask you to unmute your microphone.You can also share here, in the chat. The chat will be shared with the family as a virtual guestbook.
Charles’s iPhone
01:56:26
I couldn’t even put it into words.. thank you for that opportunity.. so much love ❤️🙏
lorigeorgeson
02:12:45
I had the wonderful pleasure of meeting Bene through my nephew JR Snyder - as he bought Capu into our family. I met Bene & Gerry at a Thanksgiving dinner. I just loved Bene from the moment I met her! She was just so fun that day! We chatted the evening away. I so enjoyed see her again and just loved her personality! She joined our family for Christmas Eve and again, I was able to see again how wonderful she was! She was such a wonderful person and I loved getting to know her! Her daughters are blessed to have had a such wonderful mother who shared so much with them. Sending both of you love, hugs and prayers, Lori
Dan GatheringUs | Tech
02:19:28
Thank you all for sharing today and please continue to share your memories on the GatheringUs memorial for Benedicte Clark - located here: https://www.gatheringus.com/memorial/linda-stetson/6089
Charles’s iPhone
02:23:15
I forgot to say a lot, but I am 4 months sober.. I am happy joyous and free and will love my best life from now on.. I would not be here if it wasn’t for Benedicte.. she saved me ❤️🙏
Charles’s iPhone
02:24:17
and I’ll send pictures of my Benedicte tattoo when I get it 😌